Le burn-out parental

Blog Image

S’investir dans un rôle de parent est un contrat pour la vie et la liste des recommandations pour bien éduquer son enfant ne cesse de s’allonger. Pourtant, quoiqu’il y ait de plus en plus de documentation sur le sujet, il n’existe pas encore de mode d’emploi. Entreprendre cette mission et fonder une famille est donc toute une épopée teintée par nos valeurs, nos convictions et bien souvent, motivée par nos désirs, nos attentes et nos idéaux. Mais celle-ci peut parfois être semée d’embuches et ébranler un des capitaines du navire.

 

Le burn-out parental

Ce syndrome touche les personnes exposées à un stress parental chronique. Il s’agit, en quelque sorte, d’une dépression liée au fait d’être parent. Toutefois, il n’est pas question, proprement dit, d’une dépression, puisque celle-ci touche toutes les sphères de l’individu qui en souffre. En effet, ce dernier est, quant à lui, contextualisé à une seule sphère de la vie de l’individu. Le burn-out professionnel est relié au travail et le burn-out parental, relié à la famille. En revanche, la personne qui souffre d’un burn-out est à risque de développer une dépression.

Le burn-out parental peut survenir à n’importe quel moment : à la naissance comme plusieurs années plus tard, dès le premier enfant ou après en avoir eu un ou plusieurs autres. Il est cependant différent du baby blues qui se manifeste uniquement chez la mère qui vit des bouleversements hormonaux quelques jours après la naissance du bébé. Il est aussi différent de la dépression post-partum qui est, en fait, une dépression qui survient dans l’année qui suit la naissance.

 

Quelles sont les personnes à risques?

Les pères peuvent être touchés par cet épuisement autant que les mères. Ceux qui en souffrent sont souvent perfectionnistes dans la vie, mais particulièrement face à leur rôle parental. Elles entretiennent beaucoup d’exigences envers elles-mêmes et ont de la difficulté à prendre du recul pour relativiser et réévaluer les priorités. Elles se mettent la pression de coller à l’idéal qu’elles se représentent de la famille et de leur rôle parental. Puis, elles se surinvestissent au point de se mettre de côté et de négliger leurs besoins personnels. C’est alors que le sentiment d’épuisement, de solitude et d’incompréhension apparaît pour finalement laisser le burn-out s’installer.

La personne perfectionniste s’impose le devoir de performer et de tout réussir dans son rôle parental sans pourtant ne jamais avoir le sentiment d’y arriver. Elle, qui bien souvent a de la difficulté à déléguer, a l’impression de courir en permanence, de ne jamais pouvoir s’en sortir et de ne plus avoir suffisamment de temps pour rien et pour quiconque (ni pour elle, ni pour les enfants, ni pour son couple). Désespéré et accablé par la pression et le sentiment d’échec, il devient tabou d’avouer avoir déjà pensé un moment quitter le giron familial ou jeter son enfant par la fenêtre.

Selon Moïra Mikolajczak, la coauteure du livre « Le burn-out parental, l’éviter et s’en sortir » (Odile Jacob), « La pression sur les parents n’a jamais été aussi forte et le temps dont ils disposent pour exercer leur parentalité n’a jamais été aussi restreint ». Ainsi, 5% des parents seraient touchés par le burn-out parental et 8% seraient à risque élevé d’en souffrir.[1]

 

Trois principaux symptômes

Pour considérer souffrir possiblement d’un burn-out parental, il suffit de présenter, à un degré notable, deux des trois critères suivants qui perdurent dans le temps sans démontrer de signe d’amélioration.

1. L’épuisement

La personne se sent vidée et doit composer avec un manque d’énergie parfois même en se levant, dès le début de sa journée. Sur le plan émotionnel, elle n’en peut plus et a le sentiment d’être au bout du rouleau. Puis, sur le plan cognitif, elle a l’impression de ne plus arriver à réfléchir correctement. Cependant, c’est bien souvent sur le plan physique que l’épuisement se manifeste en premier.

2. La distanciation affective avec les enfants

Lire la suite

Par Annik Lefebvre, intervenante
Publié le 20 septembre 2019


Partenaire de cet article

ALPABEM

ALPABEM

L’ALPABEM a pour mission de soutenir les membres de l’entourage d’une personne qui présente des manifestations cliniques reliées à un trouble majeur de santé mentale, en leur offrant une gamme de services visant à les informer, les aider et les outiller en vue d’une meilleure qualité de vie.


Commentaires

Aucun commentaire à cet article, soyez le premier!


Ajouter un commentaire

Requis
Ne sera pas affiché, requis
Facultatif
Votre commentaire sera soumis à approbation avant publication

Autres articles sur sujet

L’art d’une saine discipline
Relation parent-enfant

L’art d’une saine discipline

L’adolescence! Si ce n’est pas déjà entamé, votre ado entre peu à peu dans la merveilleuse période de l’adolescence. Cette étape apportera plusieurs transformations chez votre jeune. Soyez rassuré, l’adolescence est transitoire et temporaire. C’est une période de changements hormonaux, psychologiques, sociaux, relationnels et sexuels. À travers ces bouleversements, votre

La parentalité positive
Relation parent-enfant

La parentalité positive

Connaissez-vous la parentalité positive? C’est un style parental utilisé dans un esprit d’éducation bienveillante. Le principe de base de la parentalité positive est que derrière chaque comportement négatif de l’enfant, se cache un besoin à exprimer. Une autre prémisse est plutôt que d’entrevoir une crise, une opposition ou une chicane

Les sorties de vos ados vous inquiètent?
Expérimentation

Les sorties de vos ados vous inquiètent?

Vous avez l’impression que votre ado est presque toujours sorti de la maison? Qu’il ne fait que passer en coup de vent? Ou au contraire, vous trouvez qu’il est un peu trop Hermite? Qu’il passe la majorité de son temps libre au sous-sol ou dans sa chambre? Certes, il y aurait place

Aider son jeune à développer son plein potentiel
Relation parent-enfant

Aider son jeune à développer son plein potentiel

Connaissez-vous l’histoire du papillon? Il était une fois, un homme qui marchait en forêt. Fasciné par la nature, il amena avec lui sa toute nouvelle caméra. Sa principale intention : capter la beauté dans son état naturel. Il prit donc quelques clichés d’oiseaux, de fleurs et même celui d’une coccinelle.

Discipline un jour DISCIPLINE TOUJOURS
Relation parent-enfant

Discipline un jour DISCIPLINE TOUJOURS

Mon rôle en tant qu’intervenante a souvent été de guider et d’éduquer les parents à développer des habiletés afin d’appliquer une saine discipline auprès de leur enfant et de favoriser leur développement. En effet, le rôle de parent ne vient pas avec un manuel d’instruction à suivre « étapes par étapes » comme les meubles

Share16
Tweet
Share