L’anxiété de performance chez les adolescents

Blog Image

Dans les dernières années, on entend de plus en plus parler de stress, d’anxiété ou même d’anxiété de performance. Chez les adolescents, les transitions et la nouveauté peuvent amener une montagne russe d’émotions. Comme parent, il est normal de se demander :

Quelle est la différence entre le stress et l’anxiété ?

Comment savoir si mon enfant vit de l’anxiété de performance ?

Est-ce normal ou pas ?

Comment puis-je l’aider ?

 

La différence entre le stress et l’anxiété

Premièrement, il est d’abord important de bien comprendre la différence entre le stress et l’anxiété.

Le stress est une réaction physique normale du corps face à un danger réel ou perçu. Il permet de réagir et même de relever des défis. Par exemple, le stress donne à un élève  l’envie d’étudier pour réussir son examen et de se préparer avant de faire un oral. Toutefois, l’accumulation du stress peut devenir difficile à gérer pour certains jeunes.

L’anxiété, c’est plutôt la tendance à créer soi-même un stress, à l’exagérer, à l’éviter ou même à le redouter avant même que la situation survienne.

Par exemple, l’anxiété chez un élève pourrait l’amener à :

– Avoir l’impression de couler son examen avant même de le faire;

– Craindre d’arriver à l’école secondaire et d’être rejeté par tout le monde.

« L’anxiété devient un problème lorsqu’elle suscite une réaction exagérée, qu’elle génère une grande détresse, qu’elle est difficile à contrôler, qu’elle dure un certain temps et qu’elle fait en sorte que l’enfant évite certaines situations. Bref, lorsqu’elle nuit au fonctionnement quotidien de l’enfant. » (Naitre et grandir, 2016).

Il est remarqué que l’anxiété de performance se développe beaucoup chez les jeunes ayant un trouble développemental du langage (dysphasie) qui sont dans les classes régulières ou lors de leur transition vers le secondaire.Click To Tweet

L’anxiété de performance c’est quoi exactement ?

De plus, dans la même idée que l’anxiété, l’anxiété de performance est une grande peur de l’échec. Votre jeune peut se faire des scénarios qui le bouleversent profondément.

Voici des exemples de scénarios possibles :

– Avoir l’impression qu’en ratant son examen, ses parents ne l’aimeront plus ;

– Craindre qu’il soit le seul à être incapable de faire son oral ;

– Avoir peur que ses amis cessent de l’aimer.

Les situations qui augmentent ce niveau d’anxiété peuvent être celles qui sont :

– Difficilement contrôlables ;

Nouvelles ;

Imprévisibles ;

Menaçantes pour son égo.

Voici quelques-unes des principales manifestations de l’anxiété de performance :

– Croire qu’on est mauvais, ‘’poches’’ ;

– Avoir des trous de mémoire ;

– Crainte de décevoir ;

– Crises d’angoisse ;

– Éviter la critique ;

– Perfectionnisme exagéré ;

– L’anxiété demeure même si les résultats sont assez bons.

 

L’anxiété de performance chez les adolescents ayant un trouble développemental du langage

D’abord, il est important de savoir que l’anxiété de performance peut être vécue par tous les jeunes, avec ou sans diagnostic. Ceci est encore plus vrai pour les jeunes vivants avec un trouble développemental du langage (TDL).

En effet, leur capacité à intégrer l’information est moindre. Leur rythme d’apprentissage est plus lent. Leur capacité langagière est en-deçà des élèves sans handicap. Cela entraine donc des difficultés dans la compréhension et l’intégration des apprentissages.  Ils vivront plus souvent des retards scolaires ou même des échecs scolaires.

Pourquoi ? Souvent le rendement demandé aux élèves est plus important et le rythme d’apprentissage est plus rapide. De cette façon, ils doivent être de plus en plus autonomes dans leur apprentissage. Ceci devient donc plus difficile à faire, malgré leurs efforts constants. Comme ils sont en âge de se comparer, ils remarquent qu’ils ont de la difficulté à suivre le rythme de leurs pairs. Il est même fréquent de voir que les jeunes ayant un TDL se comparent à leur frère/sœur plus jeunes. Ils ressentent une pression, car la fratrie peut souvent accomplir des tâches plus rapidement et facilement qu’eux-mêmes.

Que font-ils ?

Plusieurs jeunes qui vivent avec un trouble développemental du langage commenceront à :

– Éviter les situations

– Refuser de travailler

– Procrastiner

Ainsi, ils feront beaucoup d’anxiété devant les tâches à accomplir. Par exemple, avant de faire un examen, ils étudieront toute la nuit.  Ils auront des réactions d’une très grande détresse.

Plusieurs élèves seront considérés comme étant paresseux ou démotivés. Toutefois, il est plutôt question d’évitement total afin d’éviter de se mettre en échec. Par exemple, certains ne se présenteront pas à un examen ou à la récupération, tandis que d’autres éviteront tous types de compétitions d’équipe.

C’est à ce moment que cela peut devenir problématique. Il est important de mettre en place des trucs et astuces. Le but est d’amener une meilleure confiance chez votre jeune. L’aider permet de passer à travers ces années scolaires de la façon la plus optimale possible. Nous vous invitons à lire l’article : Trucs et astuces pour contrer l’anxiété de performance, afin d’avoir des outils concrets.

  

Références :

(s.d.) , Qu’est-ce que l’anxiété de performance?
Document consulté sur : https://www.alloprof.qc.ca/fr/parents/articles/difficultes-ecole/anxiete-de-performance-k1295

Gauthier, G., Tessier, M-A. (2020). L’élève ayant un trouble développemental du langage (dysphasie) [document inédit]. Association Dysphasie +.

Naitre et grandir. (2016). L’anxiété chez l’enfant. Document consulté sur : https://naitreetgrandir.com/fr/etape/5-8-ans/comportement/fiche.aspx?doc=anxiete-enfant&gclid=CjwKCAiAoOz-BRBdEiwAyuvA64EeIycZ-YVVP83BFZ_YaMRcMX3_Dh5wrGnrjLagP3xhvQjA6RUXZRoCxdcQAvD_BwE

Par Geneviève Gauthier, travailleuse sociale
Publié le 10 février 2021

Partenaire de cet article

Association Dysphasie +

Association Dysphasie +

L’Association Dysphasie + vise à favoriser une meilleure connaissance du trouble développemental du langage (dysphasie/troubles primaires du langage, de la dyspraxie), ou autres handicaps du même type (trouble du traitement auditif, trouble d’adaptation, et/ou d’apprentissage, et/ou de langage), et promouvoir, à tous les niveaux, les services d’aide aux personnes atteintes, leurs parents et leur entourage.


Commentaires

  1. Trucs et astuces pour contrer l’anxiété de performance - Mon ado au secondaire

    5 mars 2021

    […] l’article l’anxiété de performance chez les adolescents  nous avons expliqué ce qu’était l’anxiété de performance. Comme parent, il est toujours […]


Ajouter un commentaire

Requis
Ne sera pas affiché, requis
Facultatif
Votre commentaire sera soumis à approbation avant publication

Autres articles sur sujet

Comment favoriser une bonne santé mentale
Santé mentale

Comment favoriser une bonne santé mentale

La santé mentale et la maladie mentale peuvent être des sujets délicats à aborder. Puisque l’adolescence est un moment de changements importants, la santé mentale des jeunes peut en être bouleversée. En tant que parent, il n’est pas possible de contrôler l’univers mental de votre jeune. Chacun est responsable de

Mon ado TSA dans toutes ses sphères
Santé mentale

Mon ado TSA dans toutes ses sphères

Le trouble du spectre de l’autisme (TSA) est un trouble neurodéveloppemental qui amène des difficultés importantes au niveau de la communication, des interactions sociales, des comportements ainsi que des activités et intérêts restreints ou répétitifs. Plusieurs parents, tuteurs ou adultes à charge d’une personne autiste soulèvent des inquiétudes face à

Le temps d’écran recommandé pour les adolescents
Santé mentale

Le temps d’écran recommandé pour les adolescents

Depuis quelques années, les enfants, les adolescents et les adultes passent de plus en plus de temps devant un écran. En fait, quand on parle d’écrans, on fait référence à tous les appareils électroniques qui permettent d’accéder à des contenus en ligne ou hors-ligne. Plus précisément, on parle ici de

Écoanxiété : quand la planète s’en mêle
Santé mentale

Écoanxiété : quand la planète s’en mêle

« Vous avez volé mes rêves et mon enfance avec vos paroles creuses. Les gens souffrent, les gens meurent. Des écosystèmes entiers s’effondrent, nous sommes au début d’une extinction de masse et tout ce dont vous pouvez parler, c’est de l’argent et du conte de fées d’une croissance économique éternelle.

L’impact des selfies sur la santé mentale des jeunes
Santé mentale

L’impact des selfies sur la santé mentale des jeunes

Les médias sociaux offrent de nombreux côtés positifs, mais quel impact ont-ils sur la santé mentale de nos jeunes ? Et quel rôle jouent les selfies là-dedans ?

L’anxiété chez les enfants
Santé mentale

L’anxiété chez les enfants

L ’anxiété constitue la forme de détresse la plus répandue dans la population. Chez les jeunes de moins de 18 ans, 15 à 20 % d’entre eux présentent un trouble d’anxiété sérieux, ce qui en fait le diagnostic le plus répandu en pédopsychiatrie.   Anxiété « normale » Le fait

Vivre avec un adolescent mentalement souffrant
Santé mentale

Vivre avec un adolescent mentalement souffrant

Pour la majorité des jeunes, ce fameux passage transitoire entre l’enfance et l’âge adulte se déroule sans trop d’accrochages. Par contre, certains adolescents franchissent difficilement cette transition. Ils sont confrontés à de nombreuses difficultés et problèmes qui les empêchent de grandir sainement. Le Dr Nagy Charles Bedwani qui a œuvré

Le TDAH : les symptômes et les traitements
Santé mentale

Le TDAH : les symptômes et les traitements

Le TDAH (Trouble du déficit de l’attention avec ou sans Hyperactivité) revient souvent dans les manchettes et soulève de grands débats, notamment en ce qui concerne la décision de médicamenter ou non un enfant. Certaines personnes voient dans cette solution un moyen facile de neutraliser un comportement dérangeant, alors que

Comprendre l’automutilation
Santé mentale

Comprendre l’automutilation

Démuni et impuissant devant l’automutilation d’un proche ? Quel motif peut pousser quelqu’un à délibérément se faire souffrir ? Il est, certes, déstabilisant de voir une personne s’automutiler. Inquiétude, peur, impuissance, culpabilité sont souvent les sentiments qui émergent lorsque nous apprenons qu’un être cher se fait du mal. Nous cherchons à comprendre

Share
Tweet
Share